Love of the love, les coups de <3 de la saison !

Love of the love, les coups de <3 de la saison !

Parlons d'autre chose
12,00

Un garçon. Huit filles. Terminale L du lycée Saint-Sulpice.
Ils forment une communauté bien huilée, avec ses secrets, ses soirées codées, ses règles strictes...
Une communauté « repère » qui leur permet de s’extraire d’une société qui les asphyxie. Jusqu’au jour où, lors d’un de leurs rendez-vous clandestins, tout dérape. La violence jusqu’ici contenue se défoule jusqu’à l’insupportable. Début d’un naufrage pour cette jeunesse… ou possible résilience ?
Une polyphonie bouillonnante et actuelle qui questionne en profondeur les horizons possibles d’une génération nourrie à grandes cuillerées de crise.


Vigile

Le Tripode

13,00

Un bruit étrange, comme un vrombissement, réveille une jeune femme dans la nuit. Elle pense que son compagnon la taquine. La fatigue, l’inquiétude, elle a tellement besoin de dormir... il se moque sans doute de ses ronflements. Mais le silence revenu dans la chambre l’inquiète. Lorsqu’elle allume la lampe, elle découvre que l’homme qu’elle aime est en arrêt cardiaque.
Avec une intensité rare, Hyam Zaytoun confie son expérience d’une nuit traumatique et des quelques jours consécutifs où son compagnon, placé en coma artificiel, se retrouve dans l’antichambre de la mort.

Comment raconter l’urgence et la peur ? La douleur ? Une vie qui bascule dans le cauchemar d’une perte brutale ? Écrit cinq ans plus tard, Vigile bouleverse par la violence du drame vécu, mais aussi la déclaration d’amour qui irradie tout le texte. Récit bref et précis, ce livre restera à jamais dans la mémoire de ceux qui l'ont lu.


Les corps ravis

Chemin de fer

12,50

Marguerite n’a qu’un désir…: un enfant. Une nuit, une chimère vient la visiter, lui enjoignant de se rendre dans la Forêt Noire où la semence dont elle a besoin existe hors de l’homme. Après d’étranges expérimentations, elle tombe enceinte. Daisy naît, grandit. Marguerite ne parvient pas à accepter que l’enfant se détache d’elle. Des événements bizarres surviennent…

Le premier roman de Justine Arnal fait fi de tous les clichés. Ancré dans une société bien réelle, le merveilleux y règne en maître, la névrose aussi. Sans doute celle de notre époque qui glorifie la relation mère-enfant. Il faudra bien pourtant que l’obsession de Marguerite pour sa fille prenne fin, si Daisy veut pouvoir exister à part entière. Ce ne sera pas sans peine ni sacrifice propitiatoire.

C’est avec une évidente connivence que Lola B. Deswarte met son imagination au diapason du récit. Les hybrides, chimères et autres créatures qu’elle invente éclairent étonnamment l’univers foisonnant de Justine Arnal.


Histoire du théâtre dessinée, De la Préhistoire à nos jours, tous les temps et tous les pays

De la Préhistoire à nos jours, tous les temps et tous les pays

Klincksieck

31,50

Un texte clair, précis, synthétique, respectant strictement l'ordre chronologique.
Une "documentation-express" d'une étonnante richesse: 436 pages. 2000 illustrations (croquis pris sur le vif, documents d'époque, reconstitutions didactiques, BD. ). 1300 noms dans l'index des noms propres. 1 index de Notions ("Censure", "Eclairage", "Excommunication des comédiens". ) permettant de faire, en quelques minutes, le tour de la question et de suivre son évolution à travers les âges.
Pouvant se lire ou se consulter à plusieurs niveaux, cette vaste synthèse (qui ne néglige pas les prodigieuses étrangetés - méconnues! - de l'Histoire du Théâtre) concerne tous les publics. Du très jeune lecteur (qui se laissera imprégner par les illustrations) au "théâtrophile" curieux et cultivé (qui goûtera l'inédit absolu de certaines pages) en passant par les lycéens, étudiants et, bien sûr, enseignants/enseignés des Ecoles de Théâtre.


La gravité

Contredanse

12,00

Dans cet opuscule inédit, le danseur Steve Paxton retrace une vie en compagnie de la force de gravité. Des souvenirs du premier vol en avion aux cours de danse, de méditations métaphysiques à l'observation de cochons, Steve Paxton interroge ce qui est à la limite de notre conscience et convie nos sens à entrer dans la danse.